Jessica Rakotoarisoa et sa ligne de sacs à main solaires.

Entrepreneuriat jeunesse et développement durable

Dans le cadre de la 12e édition du forum sur l’environnement et salon international des technologies environnementales, Americana 2017, s’est déroulé une table ronde sur l’entrepreneuriat jeunesse et le développement durable. Sous le thème L’entrepreneuriat des jeunes comme solution aux changements climatiques : la Francophonie en action, nous avons pu découvrir des projets toujours plus innovants. M. Arona Soumare, spécialiste de programme | Négociations Internationales Environnement et Développement Durable pour l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), nous a transmis sa motivation et l’espoir qu’il entrevoit en la jeunesse. Les partenaires de la francophonie étaient également unanimes lors de leur allocution respective : les jeunes entrepreneurs d’aujourd’hui incarnent l’avenir et témoignent d’un grand désir à réduire les impacts des changements climatiques et s’exprimer sur les enjeux du développement durable.

Du Maroc à la Belgique, en passant par la France, le Burundi et Madagascar entre-autre, l’IFDD et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) sont des acteurs de premier plan pour permettre à des jeunes entrepreneurs d’optimiser l’impact socio-environnemental de leur projet. En favorisant le tissage de liens entre ces jeunes, ils contribuent activement à la lutte aux changements climatiques un peu partout sur le globe par le réseautage entre innovateurs sociaux.

Le projet Nomad

Jessica Rakotoarisoa, une jeune femme entrepreneure de 27 ans, a présenté Nomad, qui offre une gamme de sacs fait à la main, en fibres naturelles équipé d’un capteur photovoltaïque intégré, capable de charger les appareils mobiles. Situé à Madagascar, Nomad a compris rapidement que la recharge d’appareils cellulaire posait un problème d’émission de gaz à effet de serre lié à la consommation énergétique. Ainsi, il était logique de développer une gamme de produits responsables qui allaient permettre de brancher des appareils mobiles (téléphone intelligent, tablette, etc) peu importe l’endroit et les recharger avec n’importe quelle source de lumière.

Pour en savoir plus : www.facebook.com/nomad.solar.bag/

Biodôme du Maroc

« Rendre à la nature ce qui lui appartient… » dit Mme Fatima Zahrad Beraic, alors qu’elle présentait son projet de digesteur anaérobique breveté. Devant plusieurs constats touchant la saine gestion des matières résiduelles au Maroc, la jeune entrepreneure a souligné que 41% de la population rurale produisait environ 8 000 tonnes de déchets chaque jour. De cette quantité, plus de la moitié sont des matières organiques pouvant être valorisées. De plus, elle nous a mentionné que 90 % des terres agricoles y sont irriguées par des bonbonnes de gaz. Par leur innovation, Biodôme du Maroc a conceptualisé un système capable à la fois de produire de l’énergie par la production de biogaz et par le fait même, générer du composte pour l’agriculture. Construit en béton, une matière relativement accessible et peu coûteuse au Maroc, la production de ce digesteur est facilitée, même loin des zones urbaines.

Pour les suivre : www.facebook.com/biodomemaroc

D’autres présentations

Société Tenevia – Nouvelles méthode d’analyse de données pour l’optimisation de technologies de production d’énergie

Easy control – Améliorer la gestion de l’eau au Maroc par Mohamed Taouzari

Arches Innovations – Accélérateur de projets d’innovations par Noah Redler

 

Cet article a été rédigé par ConsulTerre dans le cadre d’une commandite pour GaïaPresse média objectif et indépendant dans la francophonie, qui a pour mission d’informer sur les enjeux environnementaux et d’inciter à mener un mode de vie durable.

 

Donnez-nous votre avis!