Au revoir, sac de plastique 

En survolant l’océan Pacifique, il est possible d’apercevoir une île flottante qui n’a rien d’exotique. L’île de plastique, ou « Le 7ème continent », alarme les communautés scientifiques et un premier pas pour freiner cette pollution est entreprise. En effet, exit le sac de plastique à usage unique.

Symboliquement, c’est le 22 avril prochain, soit lors du Jour de la Terre, que plusieurs villes du Québec joindront officiellement le mouvement la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). À partir de ce jour, un pas de plus sera pris dans la gestion de matières résiduelles alors que le sac de plastique à usage unique sera banni.

SAVIEZ-VOUS QUE…

Chaque année, près de 8,8 millions de tonnes de plastique finissent dans les océans, selon le rapport 2015 de l’Université de Georgie. Si rien ne change, l’étude alarmante de la fondation Ellen MacArthur estime que les océans abriteront plus de détritus en plastique que de poissons en 2050.
Source : Fondation Ellen MacArthur

Cycle de vie d'un sac de plastique

Mais pourquoi bannir le sac de plastique, cet objet si pratique de la vie courante? Les raisons sont nombreuses et irréfutables. Sa dégradation peut prendre jusqu’à 1000 ans. Pendant son cycle de vie, il sera un danger actif pour la faune. On estime que 99% des oiseaux marins auront avalé du plastique d’ici 2050. Sa production requiert des produits pétroliers, une quantité importante d’eau et génère des gaz à effet de serre. Pour ajouter à l’injure, ce plastique de mauvaise qualité n’a aucune valeur sur le marché du recyclage.

Actuellement, entre 1,4 et 2,7 milliards de sacs d’emplettes, principalement des sacs de plastique, sont distribués chaque année au Québec.

Seulement 14 % de ces sacs sont récupérés. Si l’on estime qu’un sac de plastique coûte 0,02$ l’unité et que 14% est récupéré :
Ce serait entre 24 000 000$ et 46 000 000$ qui sont gaspillés chaque année.

Photo credit: Foter.com

Vous avez besoin d'un accompagnement pour l'implantation et l'application d'un règlement relatif à la distribution des sacs d’emplette ?
ConsulTerre peut vous aider.

 

Donnez-nous votre avis!